Précaires de l’ESR en grève illimitée à partir du 5 octobre !

Contrats Emplois Étudiants (CEE) à l'Université Paris 8, nous serons en grève illimitée et reconductible à partir du 5 octobre pour visibiliser, défendre et se battre pour nos conditions de travail. Précaires de l'ESR DTR VNR P8, nous sommes le charbon de la locomotive ! Se lever pour 1200 c'est insultant, mais se lever pour 350 aussi ! Tes promesses j'm'en fiche, j'veux un chèque !

« Contre Macron et Blanquer : reconquérir le bac et son caractère national, reconquérir le droit à l’instruction »

"Ce gouvernement, comme ceux qui ont défilé depuis des décennies, est en train de détruire le système scolaire à tous les étages. Il est temps d’en finir avec lui. Cette avalanche de mesures destructrices de l’école ne procède pas du hasard, elle est le fait de choix politiques gouvernementaux tournant délibérément le dos aux besoins de la jeune génération pour satisfaire les exigences patronales."

Situation de notre université : notre souffrance est politique.

Lettre ouverte des enseignants chercheurs titulaires au président de l’université Sorbonne Nouvelle. "Dans ces conditions, nous ne pouvons plus faire face. Nous sommes épuisé·es et indigné·es. Ces conditions de travail ont un impact sur notre santé, notre vie personnelle et le sens que nous donnons à notre métier. Nous ne sommes plus en mesure d’accompagner correctement nos étudiant·es et nos doctorant·es ainsi que nos collègues les plus précaires."

Mobilisées contre Vidal : les statues pour nos statuts !

Aujourd'hui, Frédérique Vidal provoque le courroux de nos illustres prédécesseur·ses : ce sont les statues elles-mêmes qui appellent à sa démission, protestant contre la précarité et les inégalités femmes-hommes qui structurent toujours l'ESR. Ne laissons pas seules ces courageuses statues du Quartier latin : partout, affichons notre refus de continuer à faire fonctionner l'ESR dans de telles conditions !

La ministre Vidal doit démissionner ! Plus de 14 000 universitaires le réclament.

Parce que nous défendons une université ouverte, défendons nos libertés académiques contre cette menace d'une répression intellectuelle, œuvrons pour soutenir au mieux les étudiant·es dans cette crise sanitaire et sociale, refusons le discrédit que tente de faire porter Madame Vidal sur le monde de la recherche et enjoignons toute la communauté scientifique à nous rejoindre pour demander avec force sa démission.