Le texte de l’arrêté officialisant la hausse des frais d’inscription est connu. On sait donc qui devra payer l’an prochain, et certain∙es étranger∙es déjà présent∙es en France depuis plusieurs années pourraient être concerné∙es. Le texte sera discuté lundi 11 mars par les syndicats lors du CNESER. Ils voteront contre (comme souvent) et le gouvernement n’en tiendra aucun compte (comme toujours). Néanmoins, c’est l’occasion de faire connaitre notre opposition en étant nombreux∙ses dans les rues pour manifester, dès le 11 lors de la marche funèbre devant le ministère et également le mardi 12 partout en France.

Que dit ce texte ? On peut le lire ici :

On y retrouve l’augmentation exponentielle pour les étranger∙es, à 2770€ en licence et 3770€ en master. Comme annoncé, les doctorant∙es sont épargné∙es, et le tarif pour les Français∙es et les Européen∙nes est indexé à l’inflation (enfin jusqu’à l’arrêté de l’année prochaine…). Les classes préparatoires aussi sont épargnées : pas de frais d’inscription du tout, alors qu’elles concentrent les enfants des classes supérieures, françaises comme étrangères.

Bien entendu, toutes les exceptions les plus chères sont maintenues : en école de commerce (13000€) ou d’ingénieur (4000€), à Sciences Po (13500€), dans le bachelor de Polytechnique (15000 €) ou dans les diplômes d’université (4000€). Cependant, on peut facilement imaginer que ces frais vont monter, pour rester très au-dessus des diplômes nationaux de licence et de master.

Les articles les plus importants sont ceux qui définissent qui paiera : l’article 4 indique que tou∙tes les étranger∙es hors Union Européenne paieront, sauf s’ils et elles déclarent leurs revenus à l’administration fiscale française depuis au moins deux ans et demi. Une lycéenne arrivée en terminale, par exemple, devra payer 2770€ pour continuer en licence.

L’article 20 fixe la situation des étranger∙es déjà présent∙es en France cette année : ils et elles ne paieront pas « jusqu’à la fin de leurs études effectuées sans discontinuité ». La formulation n’est pas très claire à propos d’un changement d’université : si j’obtiens ma licence à Nancy en juin 2019 et que je m’inscris en Master à Rennes en septembre 2019, est-ce une discontinuité ?

Le site universiteouverte.org a lancé un pot commun pour réunir les 2770€ correspondant à une inscription en licence pour un∙e seul∙e étudiant∙e et une seule année… on peut confirmer que c’est difficile !

8 commentaires sur « L’arrêté officialisant la hausse des frais d’inscription dévoilé »

      1. Bonne question ! Les cours à distance qui conduisent à un diplôme national de Licence ou de Master sont a priori concernés, mais le décret 2019-344 autorise de les exonérer en plus des exonérations normales. C’est donc une politique de l’université sans contrainte nationale.

        J'aime

  1. Concernant cette hausse de prix, pour nous les enfants de pauvres Africains économisant tout ce que nous avons afin de nous offrir les meilleures études en france, xa devient difficile. Nous continuons d’esperer qu’il y aura un effort de l’Etat francais afin de revoir ces prix à la baisse.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.