Aujourd’hui, comme depuis presque un an, le monde de l’université et de la recherche publiques a montré son unité et sa détermination dans le combat contre la LPPR.

Alors que cette rentrée 2020 se déroule dans des conditions catastrophiques, mettant cruellement en lumière la précarité et la pauvreté des étudiant·es, mais aussi le manque de moyens et de titulaires – enseignant·es-chercheur·ses comme BIATSS – dans les universités ; alors que pointe la deuxième vague d’une épidémie de Covid-19 que nous subissons d’autant plus durement que les équipes travaillant sur les coronavirus ont pâti de l’absence de financements récurrents, les député·es débutaient ce lundi 21 septembre l’examen en séance de la LPPR.

Malgré ce contexte très difficile pour nous tou·tes, nous étions plusieurs centaines devant l’Assemblée nationale. BIATSS, ITA, étudiant·es, chercheur·ses et enseignant·es, nous avons crié et chanté notre refus de ce projet de destruction du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous avons été rejoint·es et soutenu·es par des député·es qui portent nos voix dans l’hémicycle.

Masqué·es mais pas bâillonné·es, en dépit du mépris du ministère et de la docilité d’une majorité parlementaire qui vote le doigt sur la couture du pantalon, nous continuons le combat pour obtenir des postes pérennes, des financements stables et à la hauteur des défis auxquels notre société est confrontée, mais aussi des conditions de vie, d’étude et de travail dignes pour tou·tes.

Notre combat a déjà porté des fruits : la LPPR n’est pas aujourd’hui ce qu’elle aurait été sans notre mobilisation : bien des éléments que nous dénoncions (comme les modulations de service pour les enseignant·es-chercheur·ses) ont été sortis du projet de loi. Mais ce dernier demeure extrêmement dangereux : il promet d’accroître les inégalités dans l’enseignement supérieur, d’aggraver la précarité, de renforcer les inégalités de genre et les autres dominations structurelles, de mettre l’existence même de notre service public en péril et de détruire les conditions dont nous avons besoin pour produire de la science. Il nous faut donc poursuivre la lutte !

Nous ne nous laisserons pas acheter par la promesse de primes, nous n’oublierons pas le mépris et les mensonges de la ministre. Nous allons continuer d’interpeler les parlementaires, de dénoncer les conditions indécentes dans lesquelles nous devons accueillir les étudiant·es, de refuser la généralisation de la compétition de tou·tes contre tou·tes et la précarisation de la majorité au profit de quelques privilégié·es tou·tes puissant·es.

Sous les masques, sous la surcharge de travail, dans les amphis bondés, la colère gronde toujours. Ce rassemblement n’était qu’un premier rendez-vous. Nous étions plus de 50000 dans les rues le 5 mars, nous serons bientôt plus nombreux·ses encore.

A très vite dans les assemblées générales qui s’organisent dans toutes les facs et labos, à très vite dans les rues !

D’autres photographies du rassemblement sont disponibles ici.

Illustration en une : photographie de Baptiste Dupin.

Un commentaire sur « La LPPR est à l’Assemblée, nous aussi ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.