Le 1er octobre : Constitution et frais d’inscription

Le 1er octobre se disputera un nouveau round dans notre combat contre la hausse des frais d’inscription à l’université pour les étudiant·es extra-communautaires. Nous en synthétisons ici les enjeux. Il s’agit donc ici de garantir à la fois que le niveau des frais de scolarité est le résultat d’une déblatération parlementaire et qu’il doit en permettre à toutes et à tous un égal accès à l’enseignement supérieur.

Arrêtons l’arrêté ! La conférence de presse en intégralité

Nous saisissons la plus haute juridiction publique, le Conseil d'Etat, pour faire reconnaitre le caractère discriminatoire de cet arrêté et la remise en cause de l'égalité des usager·es d'un service public, entravant l'accès au droit à l'éducation pourtant garanti par la constitution à tous les niveaux et tous les âges. Pour défendre une université ouverte, arrêtons l'arrêté !

[Le Monde] « Démontrez-nous, Frédérique Vidal, que vous ne généraliserez pas les frais d’inscription à l’université ! »

La ministre Vidal vient d'annoncer, pour rendre acceptable la hausse des frais d'inscription pour les étudiant·es étranger·es, que les frais pour les francais·es et européen·nes seront gelés. Mais comment y croire ? Les auteurs font deux propositions de nature à réellement bloquer la hausse des frais d'inscription.