Arrêt maladie collectif des précaires de la section de science politique de l’Université de Lille.

Nous reproduisons ici un mail envoyé par des camarades précaires sur la liste mail de diffusion de l’ANCMSP (Association Nationale des Candidats aux Métiers de la Science Politique).

Bonjour,

Par le présent mail, nous vous informons que 16 arrêts maladie ont été déclarés parmi les précaires du département de science politique de l’Université de Lille (soit 38 jours cumulés) pour la journée du 31 mai 2021, jour du rendu des notes du second semestre dans notre faculté. Ces arrêts maladie illustrent l’état physique et psychologique des précaires du département de science politique de l’Université de Lille après une année de surcharge globale de travail, d’un manque de prise en compte de la dégradation des conditions de travail et des multiples réorganisations du passage du présentiel au distanciel.

À cela s’est ajoutée la charge induite par les corrections des examens du second semestre aboutissant à des situations intenables (allant jusqu’à plus de 400 copies à corriger pour certain·es). L’accumulation subie par les doctorant·es, docteur·es sans postes, vacataires, post-doc et ATER depuis plusieurs années (austérité, LPR, pandémie, manque de postes, absence totale d’horizons professionnels et bas salaires) ont provoqué la détresse dans laquelle nous nous trouvons.

Nous nous mettons en arrêt aujourd’hui en pensant aussi à tou·tes celles et ceux qui mènent leurs recherches sans contrat de travail et ne peuvent pas faire reconnaître leur souffrance au travail, ainsi qu’à toutes les fois où nous nous sommes retrouvé·es dans cette situation.

Cet arrêt maladie collectif ne fait que signaler la situation globale que connait l’Université aujourd’hui. Nous appelons nos collègues précaires d’autres composantes et universités à se joindre à notre ras le bol.

En guise d’avertissement, nous prévenons nos collègues titulaires mais surtout le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche que si la situation n’évolue pas, ce mode d’action est appelé à se répéter.

Ça y est : l’université craque.

Le collectif des précaires du département de science politique de l’Université de Lille

Pour tous les collectifs de précaires qui s’intéressent à l’action, n’hésitez pas nous contacter à l’adresse suivante : contact.lille@precairesesr.fr

Illustration : photographie de mr.donb.

2 commentaires sur « « Ça y est : l’université craque » »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.