Depuis l’annonce très impopulaire de l’augmentation de la hausse des frais d’inscriptions pour les étudiant·es extra-communautaires, le gouvernement tente par tous les moyens de rassurer. Parfois au détriment de la vérité…

[…]Jusqu’au 31 mars 2019, les étudiant·es étranger·es postulant à une première année universitaire remplissaient leurs demandes sur le site Campus France en effectuant trois vœux classés pour leur établissement d’accueil. Les réponses étaient déployées en trois vagues. À chaque étape, une seule université était amenée à répondre au candidat : celle qui correspondait au premier vœu dans la première phase, au second (lorsque le premier avait reçu un avis défavorable) dans la deuxième phase, et au troisième (les deux premiers ayant reçu un avis défavorable) dans la troisième phase. Ainsi, à chaque étape, les demandes reçues par chaque université correspondaient à des sollicitations réelles, pouvant conduire à une inscription effective en cas d’acceptation.

Depuis le 1er avril 2019, une simultanéité du traitement des vœux a été mise en place. L’examen des trois vœux se fait en parallèle par les trois établissements, sans transmission du dossier de candidature d’un établissement à un autre. Cela a évidemment pour conséquence de multiplier par 3 le nombre des demandes initiales— et incidemment de surcharger les commissions d’admission, qui seront tenues de statuer sur des demandes virtuelles. En conséquence, le ministère peut ainsi, au mépris le plus complet de toute honnêteté intellectuelle, afficher une statistique nationale en hausse et justifier de facto sa politique d’augmentation des frais de scolarité.

Autrement dit, auparavant, un·e étudiant·e étant accepté·e à son vœu 1 était compté·e une fois, car seule la première université traitait son dossier. L’étudiant·e étant refusé·e à son vœu 1 et accepté·e à son vœu 2 était compté·e deux fois, car deux universités distinctes traitaient ses vœux. Même principe pour celui·le ayant été refusé·e à ses vœux 1 et 2 : trois universités recevant sa demande, il·elle était donc alors comptabilisé·e trois fois. Mais, depuis le 1er avril, dans tous les cas, l’étudiant·e est compté·e trois fois, ce qui a pour conséquence d’augmenter artificiellement le nombre de dossiers à traiter et donc le nombre de candidatures enregistrées au niveau local .

Ces éléments sont confirmés par Thomas Stoll lors d’un entretien téléphonique : “196 candidatures en L1 Informatique à Nancy sont concernées par cette manipulation”, un chiffre “énorme” selon lui, quand il le compare aux 223 candidatures traitées sur toute l’année précédente. De plus, ajoute-t-il, le nombre réel de candidatures ne pourra être connu qu’à partir du 10 mai, date de la fin de la procédure. »

Lire l’article en intégralité sur Médiapart

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.