Nous reproduisons l’appel à la mobilisation de l’inter-organisations « Écoles d’art et design en lutte » qui s’est constituée pour défendre les conditions de travail et d’étude, à l’initiative de syndicats, de collectifs de lutte, et d’écoles déjà mobilisées.

Nous, syndicats et collectifs en lutte pour la défense des écoles d’art, alertons notre communauté, nos ami·es, nos collègues, nos partenaires, et interpellons vivement les directions et tutelles de nos établissements.

Alors que leurs dotations budgétaires stagnent ou régressent depuis plus de 10 ans, les écoles supérieures d’art et de design en France sont soumises à des coûts de gestion importants, liés à leur soi-disant « autonomie » et à la démultiplication de nos missions et activités. S’ajoutent à cela une inflation constante et, aujourd’hui, les coûts de la crise énergétique et de la non-compensation par l’État du dégel du point d’indice des agents de la fonction publique. Résultat : partout, ça craque !

Les mêmes causes mènent aux mêmes conséquences !

Ainsi, dans la plupart de nos écoles, une grande précarité budgétaire et des situations de déficit conduisent au rabotage des moyens au service de la pédagogie (matériaux et accès aux ateliers, workshops, conférences, voyages d’étude…), à la hausse des frais d’inscription et de scolarité, au non-remboursement des frais d’inscriptions pour les étudiant·es boursier·es, à la précarisation des personnels, et même à des annonces de suppressions de postes (ÉESI Angoulême-Poitiers), voire à des menaces très concrètes de fermeture d’école (ÉSAD Valenciennes).

Aucune école n’est assurée d’être épargnée par ces risques. Dans le même temps, des attaques similaires sont menées contre l’ensemble de l’enseignement supérieur où l’on précarise, on privatise et on coupe l’accès aux études supérieures.

Face à cette situation, nous rejetons :

  • La diminution des moyens alloués au travail pédagogique ;
  • La hausse des frais d’inscription et de scolarité ;
  • Le traitement inégalitaire entre les étudiant·es relevant du Ministère de la Culture et celleux relevant de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (non-remboursement des frais d’inscription pour les boursier·es, bourses à la mobilité, accessibilité aux services du CROUS, etc.) ;
  • La précarisation des personnels ;
  • La disparition de postes (non remplacement de départs à la retraite, non renouvellement de contrats) ;
  • Plus généralement, le traitement inégalitaire entre les écoles d’art et design territoriales et les écoles nationales.

Nous exigeons :

  • Un comportement responsable des directions d’écoles, qui doivent œuvrer à l’amélioration de nos conditions d’étude et de travail et non se faire la courroie de transmission des logiques austéritaires et de la libéralisation de l’enseignement supérieur ;
  • La consolidation de l’engagement des collectivités concernées par la présence d’écoles sur leur territoire, dans une juste répartition des charges et compétences entre municipalités, agglomérations, départements et régions ;
  • Un réengagement majeur de l’État qui ne peut s’abriter derrière le statut des écoles pour abandonner ses responsabilités : un plan financier d’urgence est nécessaire !

Ceci doit permettre non seulement de faire face à la mise en danger actuelle des écoles, mais aussi de répondre à des exigences formulées sans effets depuis trop longtemps maintenant : accroissement des aides aux étudiant·es, remboursement des frais d’inscriptions pour les étudiant·es boursier·es, réfection des bâtiments, revalorisation des statuts des personnels selon le scénario défendu par les syndicats (alignement des statuts des enseignant·es des écoles d’art territoriales et nationales et revalorisations pour tous·tes).

Pour toutes ces raisons, nous appelons à une large mobilisation pour la défense des écoles d’art et de design. Étudier est un droit, pas un privilège !

CGT-Séla 31 – Économie solidaire de l’art – Les étudiant·es mobilisé·es de l’ÉESI Angoulême-Poitiers – La Buse – Le Massicot – Les Mots de trop – SNAP-cgt – Snéad-CGT – STAA CNT-SO – SUD Collectivités Territoriales


Texte pour les assemblées générales des 4 et 10 janvier

Cher·es ami·es, camarades et collègues,

Vous le savez : alors que leurs dotations budgétaires stagnent ou régressent depuis plus de 10 ans, les écoles supérieures d’art et de design en France sont soumises à des coûts de gestion importants, liés à leur soi-disant « autonomie » et à la démultiplication de nos missions et activités. S’ajoutent à cela une inflation constante et, aujourd’hui, les coûts de la crise énergétique et de la non-compensation par l’État du dégel du point d’indice des agents de la fonction publique. Résultat : partout, ça craque !

Plusieurs écoles sont actuellement mobilisées contre cette situation : l’ESAD Valenciennes, menacée de fermeture ; l’EESI Angoulême-Poitiers, confrontée au risque de plusieurs suppressions de postes ; l’isdaT à Toulouse, faisant face à des restrictions budgétaires. 

À des degrés divers ce sont en fait l’ensemble des établissements qui semblent concernés, et la situation est malheureusement amenée à empirer. C’est pourquoi il importe d’intensifier la mobilisation en ce début d’année 2023, de s’organiser dans chacune de nos écoles et de coordonner nos actions à l’échelle nationale.

Une inter-organisations « Écoles d’art et design en lutte » s’est constituée dans ce but, à l’initiative de syndicats, de collectifs de lutte, et d’écoles déjà mobilisées (voir ci-dessous l’appel diffusé début décembre).

Si votre école rencontre des difficultés budgétaires, si vous souhaitez agir et participer à l’inter-organisations, nous vous invitons à remplir un court questionnaire « état des lieux / mobilisation »: 

https://framaforms.org/etat-des-lieux-des-ecoles-dart-1672053200.

En vue de renforcer et de coordonner la mobilisation à l’échelle nationale, nous vous convions également à une réunion d’information qui sera suivie d’une assemblée générale (toutes deux en ligne via https://meet.jit.si/EcolesArtDesignEnLutte2023) :

> mercredi 4 janvier à 19h – réunion d’information en ligne :

 État des lieux de la crise budgétaire et politique dans les écoles, mobilisations en cours, comment s’organiser, …

> mardi 10 janvier à 19h – assemblée générale numérique :

 Revendications, préparation d’une première journée d’action mi-janvier, plan d’action pour les semaines à venir.

Nous restons à votre disposition pour toutes précisions et comptons sur la mobilisation du plus grand nombre.

À très vite, et bonne année 2023 !

Écoles d’art et design en lutte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.