A partir de ses travaux de recherche au Royaume-Uni, la sociologue Annabelle Allouch montre combien la hausse des frais est une barrière pour les classes populaires et une contrainte forte qui pèse sur les choix de formation de tou·tes celles et ceux qui doivent s’endetter afin de financer leurs études.

Le 19 janvier dernier s’est tenu, au Sénat, un événement autour du plan « Bienvenue en France », sous le patronage et avec la participation de Pierre Ouzoulias. Cette réunion regroupait enseignant·es chercheurs·ses et étudiant·es, contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant·es étranger·es. Elle a été l’occasion de présenter des analyses critiques de la réforme, mais aussi des pistes pour structurer une action collective et massive contre cette mesure discriminatoire qui met en péril l’Université.

Ces analyses étant utiles pour nous tou·tes, nous les diffusons à nouveau ici.

L’enregistrement intégral des discussions, en trois parties, est également disponible sous forme de podcasts MixCloud.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.