TRIBUNE Par Yanick Lahens , Ecrivaine Ali Benmakhlouf, professeur de philosophie à l’université de Paris-Est Créteil et Xavier North, ancien délégué général à la langue française et aux langues de France. — 18 mars 2019 à 06:52

« L’augmentation spectaculaire des frais d’inscription dans les universités françaises imposés aux étrangers d’origine non-européenne va porter un coup fatal à la francophonie.

[…] Ce n’est pas le doublement des bourses qui permettra à l’avenir d’accompagner la totalité de ceux qui souhaitent étudier en France, et plus généralement les étudiants francophones issus d’autres continents. Or c’est cette population qui est majoritairement accueillie en France pour ses études supérieures, puisqu’elle maîtrise suffisamment le français pour considérer cette langue comme le vecteur naturel de la transmission des savoirs. Gageons que l’introduction – qui ne peut être que partielle – d’enseignements en anglais en France ne modifiera pas en profondeur cette situation. En proposant pour l’accueil des étudiants étrangers un système hybride de «droits différenciés», «Bienvenue en France» réussit ce tour de force : faire de l’université française une université payante pour les ressortissants de pays «pauvres», puisqu’à l’exception de ceux qui bénéficieront sur critères sociaux de bourses d’excellence, les étudiants issus du Maghreb, d’Afrique subsaharienne ou d’Haïti devront payer des droits d’inscription seize fois plus élevés que les autres.

[…] Mais au nom de quelle politique pourrions-nous accepter qu’un étudiant marocain, sénégalais ou haïtien doive payer en France des droits d’inscription seize fois plus élevés qu’un étudiant belge, suisse ou québécois ? Comment imaginer qu’ils puissent coexister, sans un sentiment profond d’injustice, dans les amphithéâtres d’un pays qui a fait de l’égalité des droits le maître-mot de son organisation sociale ?

Si la France occupe pour l’accueil des étudiants étrangers la quatrième position à l’échelle mondiale et la première hors pays anglophones, c’est aussi parce qu’elle ne s’inscrit pas dans le système libéral anglo-saxon et qu’elle apparaît comme un contre-modèle, abordable et de qualité, comme le montre parfaitement le baromètre de Campus France sur l’image et l’attractivité de la France. »

Lire l’article en intégralité sur Libération

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.