Cet atelier s’est tenu lors de la Coordination nationale des facs et labos en lutte les 1er et 2 février 2020, et a rassemblé une quarantaine de personnes, essentiellement des femmes et des personnes non-binaires ainsi que quelques hommes. Un temps assez long a été réservé à l’échange d’expériences, souvent personnelles, que nous n’allons pas restituer dans leur globalité.

Les objectifs de cet atelier se situaient à différents niveaux.

  • Discuter de la façon dont l’ESR (enseignement supérieur et recherche) est structuré par des rapports de pouvoir et des hiérarchies fondées sur la classe, le genre, la sexualité, la race, la nationalité, l’identité de genre ou encore la situation de handicap (validisme).
  • Discuter de la façon dont ces rapports de domination pourraient être aggravés par une série de lois et de projets de loi (chômage, retraite, LPPR entre autres) alors même que la situation actuelle pour les minoritaires est catastrophique et, davantage pour celles et ceux dont les situations sociales imbriquent plusieurs situations minoritaires.
  • Discuter de la façon dont cette mobilisation elle-même peut reproduire voire accentuer certains rapports de domination.
  • Être force de proposition pour lutter contre ces inégalités et proposer des revendications et moyens d’action pour imaginer une autre université et une autre recherche qui soient véritablement égalitaires et inclusives.

Lors du tour de parole et du retour sur expérience, plusieurs éléments sont ressortis qui concernaient aussi bien le quotidien des étudiant·es et des travailleur·ses de l’ESR et de l’université, que la mobilisation en cours. Beaucoup de témoignages sont revenus sur les violences sexuelles, subies par des nombreuses étudiantes et quelques étudiants. La vulnérabilité spécifique des étudiantes étrangères a été soulignée. Les moyens de lutter contre ces formes de violences ont souvent été dénoncés comme inadéquat, voire violents en eux-mêmes. Différents témoignages ont aussi souligné la persistance de la transphobie et de l’homophobie dans l’ESR.

Différents témoignages sont revenus sur les rapports de classe, que ce soit entre les personnels BIATSS/IT et les chercheur·es, entre les précaires et les statutaires, mais aussi sur la situation du personnel dont les fonctions sont sous-traitées (sécurité, propreté, restauration notamment).

De la même façon, le validisme a été soulignée, à la fois dans l’ESR et dans le mouvement, et la difficulté de la reconnaissance des formes de handicap par les enseignant·es, mais aussi par les camarades dans le mouvement.

Le racisme quotidien et structurel dans l’université a aussi été abordé, mais de façon moins centrale, en raison du fait même de la position majoritaire des participant·es. La blanchité du mouvement est en soit révélateur d’une certaine exclusion des racisé·es. Dans un tel contexte, le mouvement doit d’autant plus faire de ces discriminations un thème explicite à la hauteur de l’enjeu.

De nombreux témoignages ont mis en avant la co-constructrion des rapports de domination et de la discrimination.

Beaucoup de témoignages ont évoqué la fatigue morale et physique qui résulte de toute l’énergie dépensée à lutter contre les discriminations, recueillir des informations, aider celles et ceux qui en ont besoin, etc.

Dans le cadre de la mobilisation, le fait que cette mobilisation était très féminine a été soulignée par plusieurs intervenant·es. Cependant, beaucoup ont souligné l’importance du rapport titulaire/précaire (mais aussi homme/femme, valide/non-valide). Si les titulaires n’arrêtent pas tout, alors ce sera encore plus couteux pour les précaires de se mettre en grève. De la même façon, il faut être toujours attentif à la manière dont on prend la parole (voire la monopolise), aux modes d’expression et de militantisme, qui ne sont pas toujours accessibles à tou·tes. En ce qui concerne les deux jours de coordination en particulier, cet atelier à fait remonter des critiques et des difficultés :

  • Plusieurs personnes ont exprimé le sentiment que lors de la première plénière (samedi matin), la parole a été monopolisée par des hommes blancs titulaires parisiens/franciliens, et que la tribune recadrait plus la parole qui venait des étudiant·es et des précaires, que celle des titulaires.
  • L’organisation de la garde d’enfants était problématique, car les enfants n’étaient pas assez mis à part, et du coup voyaient leur parent (et notamment leur mère).
  • Le grand amphi (où un autre groupe se réunissait) n’était pas adapté à la tenue d’un atelier qui a de fait était un espace de témoignage de violences.
  • Les étudiant·es ont également souligné que leur lieu de rencontre de la journée de samedi n’était pas non plus approprié et reflétait un traitement différencié.

Nous avons beaucoup discuté de la non-mixité. Beaucoup ont souligné son importance, mais aussi le risque de cloisonner ces questions. Par ailleurs, du fait des inégalités et des discriminations (racisme et validisme notamment), certaines appartenances sociales sont peu présentes dans l’ESR, notamment aux postes de pouvoir (personnes racisées, personnes en situation de handicap notamment). À cet égard, les personnes en situation intermédiaires (femmes, LGBT/Queer blanc·hes et titulaires), plus présentes, peuvent être des relais voire des alliées, à condition d’accepter de vraiment déconstruire les rapports de pouvoir, et être prêtes à interroger leur propre position.

De ces discussions, est ressortie une série de revendications pour une université pour tou·tes, ouverte, et égalitaire :

  • Avoir des dispositifs de lutte contre les violences sexuelles plus efficaces, ce qui passe par du personnel bien formé, au fait des différents enjeux de cette lutte. Des instances véritablement paritaires, avec un vrai pouvoir de sanction.
  • Faire du suivi de cours sur les discriminations une composante obligatoire des diplômes.
  • Des dispositifs d’aide sociale en nombre suffisant, avec des personnes bien formées, qui ne sont pas elles-mêmes précaires.
  • Des dispositifs de santé, y compris de santé mentale, pour tou·tes (étudiant·es, membres du personnel permanents ou non, employé·es par l’université/l’ESR ou non).
  • Fixer des règles claires sur les relations précaires/titulaires, une charte des titulaires par exemple qui fixerait un certain nombre de règles (par ex, une proposition que les doctorant·es ne corrigent pas les copies d’examen des titulaires alors que c’est pas leur cours)
  • Porter encore plus d’attention sur l’encadrement des thèses, un des sites de domination par excellence.
  • Parité totale (de genre, de statut) dans les instances, repenser véritablement la gouvernance de l’université et de l’ESR de façon participative et égalitaire.
  • Imposer des sanctions aux auteur·trices de violences et de discriminations.

Les actions suivantes ont été discutées :

  • Des grèves de femmes, de précaires, etc. afin de marquer leurs poids dans l’ESR.
  • Arrêter de répondre aux messages qui ne nous conviennent pas (sans écriture inclusive, trop familiers, etc.).
  • Faire des affiches, qui expliquent ce qu’est le harcèlement, la discrimination, etc.
  • Faire une vidéo pédagogique « Apprendre à se taire en public », avec des petits conseils du genre : ne reprends pas la parole pour répéter ce que ta collègue a dit, ne commence pas par « pour conclure » avant d’enchaîner pendant 10 minutes, et notamment avec des hommes (car ça marche bien les hommes qui parlent aux hommes).

Dans la mobilisation :

  • Réfléchir à nos pratiques et leurs effets (tours de parole, minutage, etc.)
  • Des tours de parole « à colonnes »
  • Penser à un dispositif d’alerte en cas de violences au sein de cette mobilisation, pour éviter que les personnes victimes se retirent plutôt que les auteur·trices de violences.
  • Créer un groupe de suivi, qui permettent de faire des propositions concrètes, et d’alerter en cas de problème.

Pour finir, quelques membres du groupe ont fait la proposition suivante pour enrichir la motion :

L’université et la recherche sont traversées par des rapports de domination structurels, entre classes sociales, entre statuts (étudiant·es, travailleur·ses non-titulaires, personnels administratifs et techniques, chercheur·ses et enseignant·es-chercheur·ses de rangs A et B), de genre, de race, entre nationalités, sexualité, handicap, qui se manifestent par des situations de discrimination, de harcèlement, de violences. Dans son fonctionnement actuel, l’université contribue à ces rapports de domination, dans la façon dont elle transmet et elle produit les savoirs.

La précarisation à l’œuvre dans les universités et les laboratoires, que la LPPR ne fera que renforcer, accroît la concurrence et la sélection, qui réservent de fait l’accès à l’université et à la recherche à des groupes privilégiés. Une université ouverte à toutes et tous n’existera pas sans une création massive de postes pérennes et la titularisation de tou·tes les travailleur·ses des facs et des labos (ce qui inclut les doctorant·es qui y enseignent et y mènent leurs recherches), sans condition de nationalité.

Une université ouverte, c’est aussi une université qui combat ces rapports de domination. D’abord en étant gratuite et non sélective. Ensuite en permettant à tou·tes les étudiant·es d’accéder à des conditions d’études et de vie dignes, notamment à travers la création d’un salaire étudiant, de postes de soignant·es et de travailleur·ses sociales·aux, de logements, d’un statut étudiant qui donne automatiquement le droit au séjour et l’accès à des droits égaux quelle que soit la nationalité. En donnant les moyens à toutes et tous d’y lutter individuellement et collectivement contre les situations de harcèlement, de violences, de discriminations.

Des facs et des labos ouverts, ce sont enfin des facs et des labos où les instances de décision appartiennent réellement à toutes et tous.

Nous-même, dans nos luttes, nous devons veiller à combattre les rapports de pouvoir et de domination qui traversent nos lieux d’études et de travail. Nous, participant·es à la coordination des facs et labos en lutte, nous engageons à mettre en œuvre des moyens concrets pour que nos luttes soient réellement ouvertes à toutes et tous.

Crédit de la photo : Markus Spiske

Un commentaire sur « Comment ne pas reproduire les dominations dans nos luttes »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.