DE SCARLETT BAIN, 13 FÉVRIER 2019

Le podcast est disponible ici.

L’augmentation des frais d’inscription à l’université pour les extra-communautaires (non-européen·nes) peine à mobiliser. Ce projet de réforme baptisé “Bienvenue en France” pourrait préfigurer, selon ses opposants, une hausse généralisée pour tou·tes les étudiant·es.

A l’Université Paris Nanterre, le 5 février, la vie suit son cours. Les étudiant·es déambulent dans le hall, déjeunent assis par terre, discutent et rigolent. Pendant ce temps, certain·es investissent par grappe la salle de l’assemblée générale. D’autres événements de ce type se tiennent dans de nombreuses facs françaises. Des AG qui précédent l’appel à la grève générale, lancé par la CGT le jour-même. Pour les étudiant·es mobilisé·es, la principale cause de la colère, c’est la hausse annoncée des frais d’inscriptions pour les extra-communautaire. Une mesure prévue dans un projet ironiquement nommé « Bienvenue en France ». […]

Pour Judith, étudiante australienne en licence de philosophie à Paris III, il était important de descendre dans la rue ce jour-là pour lutter contre un projet qui, selon elle, changera radicalement la société française. Cette jeune-femme de 21 ans confie : « Je viens d’un pays où l’éducation a été marchandisée avant que je sois née et si j’avais été vivante quand ces réformes sont passées, je me serais battue. Ma génération est vraiment le résultat de ce système qu’Emmanuel Macron veut mettre en place et je peux vous dire que tous les étudiants australiens quand ils et elles terminent leurs études, ont une dette de 50 000 dollars. On commence nos vies avec cette dette ».

Lire la suite sur Radio Parleur.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.